LE DIALOGUE  POUR AMELIORER L’ACCES A L’ELECTRICITE

LEAP transparence est un cadre de gouvernance participative qui vise un environnement favorable à l’électrification locale. L’approche de LEAP Transparence consiste à réunir le gouvernement, le secteur privé et la société civile dans un dialogue régulier et consensuel sur l’accès équitable et durable à l’énergie. Le programme a été lancé le jeudi 24 février par M. Adama DIALLO, Secrétaire général du ministère du pétrole et des énergies.

Le constat est partagé par tous ou presque.  En Afrique, trop de personnes n’ont pas accès à l’énergie et restent du coup dans l’obscurité malgré l’existence de solutions techniques. Inadmissible pour le Professeur Peter EIGEN, président du conseil consultatif LEAP qui prône à travers le programme LEAP « une gouvernance plus efficace du secteur de l’électricité particulièrement en zone rurale ». Aux yeux du PR EIGEN, l’affaire est toute simple, il faut instaurer un dialogue régulier et structuré entre les différentes parties prenantes. Cela a déjà bien fonctionné dans le cadre de l’ITIE puisque cela évite les suspicions et jette un pont entre les acteurs en présence.  

Pour opérationnaliser son approche, LEAP institutionnalise des groupes multipartites au niveau villageois, national et international pour gérer et améliorer l’électrification. Au Sénégal LEAP a choisi la commune de Ndiob (département de Fatick) pour expérimenter son modèle et souhaite que le Sénégal soit le leader en Afrique à l’image de l’ITIE. Le maire de Ndiob M. Oumar Ba s’est félicité du choix porté sur sa commune comme pilote et a promis de tout mettre en œuvre pour garantir un succès au programme.

Pour le Secrétaire Général  du MPE, « ce cadre de dialogue multipartite est une approche novatrice dans le secteur de l’électricité, en suivant les bons exemples au Sénégal de l’ITIE mais également l’initiative multipartite pour la transparence dans le secteur de la pêche ». En effet, cette approche répond  parfaitement aux préoccupations de développement local du Sénégal qui fait de l’énergie un intrant essentiel. Le pays ambitionne d’atteindre l’accès universel à l’électricité à l’horizon 2025 et développe dans ce cadre beaucoup de projets dont certains font face parfois à des contraintes financières et techniques. Mais parallèlement à ce que l’Etat fait « nous notons beaucoup d’initiatives locales en faveur de l’accès à l’électricité en milieu rural qui peuvent parfois rencontrer de nombreuses contraints. Ainsi il est important qu’un cadre de gouvernance locale du secteur de l’électricité réunissant le secteur public, les partenaires au développement, le secteur privé et la société civile, dans un échange régulier sur l’accès équitable et durable à l’énergie soit mis en place ».

Donc l’approche de LEAP basée sur la concertation et le dialogue multipartite peut être efficace dans la prise en charge des préoccupations des différents acteurs en présence dans les projets » a conclu le M. Adama DIALLO secrétaire général du ministère du pétrole et des énergies.