LE PROJET DE GAZODUC PRESENTE AUX AUTORITES DES COMMUNES SITUEES SUR LE TRACE

Un Comité Régional de Développement d’information et de partage sur le projet de réseau gazier du Sénégal s’est tenu le jeudi 3 novembre à Dakar. C’était sous la présidence de Monsieur Assane GUEYE l’adjoint au gouverneur de Dakar en présence du secrétaire du ministère du pétrole et des énergies M. Cheikh NIANE.

Ce CRD entre dans le cadre de l’étude d’impact environnemental du projet de réseau gazier du Sénégal dont l’objectif majeur est de mettre en place les installations qui permettront d’acheminer le gaz de Yaakar Teranga aux centrales de Senelec au Cap des biches et à Tobène.

Les objectifs de cette rencontre, qui a réuni toutes les parties prenantes (autorités administratives, élus, services techniques de l’état…) étaient d’informer les populations sur le projet, de recueillir les avis des parties prenantes, déterminer les enjeux environnementaux et sociaux du projet, d’identifier les impacts positifs et négatifs de ce projet.

Selon l’adjoint au gouverneur Monsieur Assane GUEYE, le réseau de gazoducs va traverser plusieurs communes du département de Rufisque « ce qui veut dire qu’il y’aura nécessairement des impactés. Mais c’est un projet très important qui va permettre l’accès universel à l’électricité. Il est même déclaré d’utilité publique ».

Pour sa part Joseph Ofoum MEDOU, le Directeur Général du Réseau Gazier du Sénégal (RGS),  a présenté le projet en insistant sur le fait qu’il va permettre « d’acheminer le gaz vers les centrales avec l’objectif de baisser les facteurs de production d’électricité, de produire une électricité en quantité et de réduire l’empreinte carbone ».

Pour Cheikh NIANE Secrétaire Général  du Ministère du pétrole et des énergies « la réussite du RGS signifie un accès à une énergie à moindre coût avec une réduction sensible des émissions de gaz à effet de serre ».

Les participants ont soulevé plusieurs préoccupations notamment sur le plan sécuritaire et environnemental. Mais des réponses ont été apportées. La prochaine étape est la tenue de consultation dans toutes les communes qui seront traversées.

L’installation de gazoducs entre dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie gas to power qui doit permettre au Sénégal d’utiliser son gaz domestique pour générer de l’électricité à l’horizon 2025-2026. Ce projet est né à la faveur des découvertes de gaz dans notre pays.