Catégorie : L’actualité du MPE

82 posts

Le Ministre Antoine Félix Abdoulaye DIOME donne le coup d’envoi

Le Ministre du Pétrole et des Energies M. Antoine Felix Abdoulaye Diome a lancé le jeudi 9 novembre 2023 la deuxième édition des journées du contenu local placée sous le thème : « Mise en œuvre de la politique de Contenu local dans le secteur des Hydrocarbures : Bilan, contraintes et perspectives ». C’était en présence du président du Conseil National du Patronat, M. Baïdy AGNE, et de délégations venues du Nigeria, pays invité d’honneur mais aussi de la République du Congo et de la Côte d’Ivoire.  

Dans son mot de bienvenue le Secrétaire Technique du Comité National de Suivi du Contenu Local (ST CNSCL), Monsieur Mor Ndiaye MBAYE a salué tous les participants et plus particulièrement ceux venus du Nigéria, de la Côte d’Ivoire et du Congo Brazzaville. Il a rappelé que ces journées ont été instituées depuis l’année dernière et constituent une opportunité pour le Comité National de Suivi du Contenu Local et les acteurs, de partager les réalisations, contraintes et opportunités découlant de l’application de la Loi sur le Contenu local et ses dispositions réglementaires. L’objectif est de faciliter l’accès aux marchés des entreprises locales et des ressources humaines nationales dans l’industrie pétrolière. A ce propos, il a révélé que « depuis la création du ST CNSCL 4 milles emplois ont été créés, 231 milles heures de formation et de capacitation dispensées par des acteurs à nos ressources humaines et près de 450 milliards de contrats gagnés par des entreprises locales au cours de l’année 2023-2024 ».

Prenant la parole, le Ministre du Pétrole et des Energies M. Antoine Felix Abdoulaye DIOME s’est réjoui de la tenue de cette deuxième édition des journées du Contenu local. Selon lui « le contenu local est un levier stratégique pour le développement économique et social du Sénégal, qui permet de créer des emplois, de renforcer les capacités, de stimuler l’innovation et de diversifier l’économie aux fins de limiter les importations des biens et services dans le cadre de l’industrie pétrolière et gazière ».

Il a aussi rappelé les efforts réalisés sur le plan légal et réglementaire pour la mise en œuvre et l’encadrement du contenu local depuis l’adoption de la loi 2019-04 du 1er février 2019 relative au Contenu local, qui définit les principes, les objectifs, les modalités ainsi que les mécanismes de la mise en œuvre du Contenu local dans le secteur des hydrocarbures. Depuis l’adoption de cette loi, le Sénégal a réalisé des progrès significatifs dans la mise en œuvre du Contenu local comme a dit le MPE citant entre autres la création de l’INPG, la mise en place du CNSCL et la création du Fonds d’Appui au Développement du Contenu Local (FADCL). Ces réalisations témoignent pour le ministre de « la volonté et de la détermination de Son Excellence Monsieur le Président de la République Macky SALL à faire du Contenu local un pilier essentiel de sa stratégie de développement du secteur des hydrocarbures ». Par ailleurs, Monsieur le Ministre précise que « Cette loi vise à assurer une répartition équitable des bénéfices de l’exploitation des ressources pétrolières et gazières entre l’Etat, les compagnies pétrolières et les acteurs nationaux, tout en respectant les normes internationales de qualité, de sécurité, d’environnement et de transparence ». Toutefois M. le Ministre de dire que le Sénégal est conscient des enjeux économiques et sociaux mais aussi des défis qui ont pour noms :et s’est fixé en matière de Contenu local des défis comme : le renforcement de la compétitivité et de la performance des entreprises locales, le développement d’un tissu industriel local diversifié et intégré, qui puisse offrir des biens et des services de qualité à l’ensemble de la chaîne de valeur des activités pétrolières et gazières afin de profiter des opportunités offertes par les marchés régionaux et internationaux ; la formation et le renforcement des capacités des ressources humaines, qui sont indispensables pour répondre aux besoins en compétences du secteur, et qui impliquent une coordination efficace entre les acteurs de l’éducation, de la formation professionnelle et de l’emploi, ainsi qu’une adéquation entre l’offre et la demande de formation ; la gestion des attentes et des impacts sociaux, qui sont liés à l’exploitation des ressources pétrolières et gazières, qui requièrent une communication transparente, un dialogue inclusif, une participation effective et une responsabilité partagée entre les parties prenantes, ainsi qu’une redistribution équitable des bénéfices et une protection de l’environnement.

Pour sa première sortie sur l’international, le Ministre du Pétrole et des Énergies, M. Antoine Félix Abdoulaye DIOME, a pris part au Conseil des Ministres de l’Organisation Africaine des Producteurs de Pétrole (APPO), ce jeudi 02 novembre 2023 à Cotonou au Bénin. Plusieurs points étaient à l’ordre du jour de cette rencontre. Les Ministres se sont notamment penchés sur l’état d’avancement des travaux pour la mise en place de la Banque africaine de l’énergie qui doit fournir un financement essentiel pour les nouveaux projets énergétiques, ainsi que ceux en cours d’exécution en Afrique. La Banque africaine de l’énergie, institution financière de développement, est créée conjointement par l’APPO et Afreximbank, pour relever le défi de financement auquel l’industrie pétrolière et gazière africaine est confrontée suite à la décision des pays militants pour le climat et de leurs institutions financières mondiales de mettre fin au financement des projets de combustibles fossiles. Les Ministres ont également fait le point sur les préparatifs du premier Sommet des Chefs d’Etats membres de l’APPO prévu à Brazzaville au cours du premier semestre de l’année 2024. Ils ont aussi procédé à la revue de l’exécution budgétaire du Secrétariat de l’organisation et adopté le programme budgétaire triennal.

Le 18 octobre 2023 a eu lieu la cérémonie de passation de service entre le ministre sortant Mme Aïssatou Sophie GLADIMA et son successeur M. Antoine Félix Abdoulaye DIOME.
A l’entame de cette cérémonie Monsieur Cheikh NIANE Secrétaire Général du ministère a pris la parole au nom du personnel. Selon ce dernier, « depuis sa prise de fonction, madame le Ministre s’est évertuée à donner corps à la politique et aux orientations de Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République pour faire du secteur de l’énergie, un socle d’espoir et de renouveau pour la population sénégalaise mais également pour les investisseurs ».

Le secrétaire général du ministère a remercié au nom de tous les agents Mme le ministre Aïssatou Sophie GLADIMA « à leur endroit, vous avez toujours agi avec justice et justesse en rappelant toujours que nous constituons une famille car nous passons plus de temps au bureau qu’avec nos familles biologiques ». « Par ma voix donc, la grande famille du pétrole et des énergies vous remercie de votre présence à ses côtés mais aussi de tout ce que vous avez fait pour le rayonnement du secteur, sous l’égide de Monsieur le Président de la République », souligne-t-il.
Pour sa part Mme le ministre sortant a ouvert son discours par des remerciements à l’endroit du Président de la République « je voudrais donc saisir cette occasion pour exprimer toute ma gratitude à son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République, pour m’avoir renouvelé sa confiance à maintes reprises en me nommant à plusieurs hautes fonctions dans l’appareil d’État. Je lui témoigne à nouveau toute mon amitié, toute ma loyauté et tout mon engagement. Je compte l’accompagner jusqu’au parachèvement de sa noble mission de transformation positive du pays ». Elle a aussi remercié tous les agents du Ministère pour leur accompagnement et leur soutien constants durant ces trois années qu’il ont passés ensemble.

Elle a par ailleurs fait son bilan durant son passage au sein du ministère. Elle souligne que « d’importants résultats ont été atteints avec entre autres, un cadre légal et réglementaire renforcé par l’adoption d’un nouveau code pétrolier, du code gazier, de la loi sur le contenu local mais également du code de l’électricité. Toutes ces mesures jettent déjà les bases d’un meilleur profit de l’exploitation des ressources en hydrocarbures, de l’implication de notre secteur privé national mais également de l’utilisation du combustible produit localement pour la production d’électricité à moindre coût avec l’exécution des préalables de la stratégie gas to power ».
Le Ministre entrant Monsieur Antoine Félix Abdoulaye DIOME a, lui aussi, ouvert son discours par des remerciements à l’endroit de son Excellence le Président de la République pour lui avoir encore une fois de plus fait l’honneur de le reconduire dans les fonctions ministérielles en le nommant au poste de Ministre du pétrole et des énergies. Il souligne que « Cette marque de confiance renouvelée, dont j’apprécie la portée et la valeur, m’amène d’emblée à prendre l’engagement à ne ménager aucun effort afin de la mériter amplement ».
Monsieur Antoine Félix Diome s’est dit rassuré par le bilan dressé par Mme le Ministre Aïssatou Sophie GLADIMA. Il a lancé un appel à l’ensemble des acteurs du secteur et à tous les agents de ce département ministériel afin de fédérer tous les efforts pour la préservation et la consolidation des acquis pour mieux faire face aux nouveaux défis dans le cadre des missions assignées au département.

Le Ministre du pétrole et des énergies Mme Aïssatou Sophie GLADIMA ouvre les travaux

Le Ministre du Pétrole et des Energies, Mme Aïssatou Sophie GLADIMA a présidé ce jeudi 5 octobre 2023, à l’ouverture officielle de l’atelier portant 2e revue de la Feuille de Route Electricité du Sénégal. Les travaux se sont tenus à l’hôtel Radisson-Blu de Dakar, en présence du Chargé d’Affaires de l’Ambassade des États-Unis à Dakar, Jonathan FISCHER, de M. Diatourou NDIAYE, Ministre, Secrétaire Général adjoint de la Présidence de la République et Président du Conseil de Surveillance du MCA-Sénégal II.

La Feuille de Route Electricité du Sénégal est élaborée dans le cadre de la mise en œuvre du Compact d’Electricité de la Millennium Challenge Corporation (MCC Sénégal Power Compact), qui est une initiative conjointe des États-Unis et du Sénégal visant à fournir une électricité fiable à la population sénégalaise. Le Compact comprend un don d’investissement de 550 millions de dollars américains de la part des États-Unis d’Amérique et une contribution supplémentaire de 50 millions de dollars américains du Gouvernement du Sénégal pour un investissement global de 600 millions de dollars américains. La Feuille de Route constitue un référentiel stratégique majeur pour le développement du secteur électrique du Sénégal à l’horizon 2035. Elle traduit la vision établie par le Plan Sénégal Émergent (PSE) qui ambitionne « un accès large et fiable à une énergie bon marché », permettant ainsi (i) de garantir une parfaite disponibilité d’énergie électrique en quantité et qualité suffisantes ; (ii) d’assurer un approvisionnement de l’énergie électrique à moindre coûts pour les consommateurs finals ; (iii) d’améliorer la qualité de service ; (iv) d’accélérer le service d’accès universel à l’énergie électrique surtout dans les zones rurales ; (v) de respecter l’acceptabilité sociale et environnementale (vi) de promouvoir les énergies renouvelables et la maîtrise de l’énergie.
Selon Mme Aissatou Sophie GLADIMA, Ministre du Pétrole et des Energies, « cet exercice de revue, au-delà du respect des termes de l’Accord International signé entre nos deux pays, constitue une manifestation de la volonté du Sénégal à promouvoir la culture de l’évaluation dans la gestion de nos programmes. Il est donc attendu de ce processus que nous puissions mesurer les résultats, consolider les acquis, rectifier au besoin pour avancer dans les délais et dans l’optique d’atteindre les importants objectifs fixés par Son Excellence Monsieur le Président de la République Macky SALL.
En effet, le Président de la République accorde une importance capitale au secteur de l’Énergie, pilier de l’émergence et soutien incontournable à la croissance économique et à la réduction des inégalités sociales et territoriales. C’est pourquoi, le Gouvernement vise un accès universel à l’électricité en 2025 et une capacité de production de 3 000 MW à l’horizon 2035, à des coûts abordables ».

Pour Jonathan FISCHER, Chargé d’Affaires de l’Ambassade des États-Unis à Dakar, « les 550 millions de dollars que le gouvernement américain a mis à la disposition de MCC Sénégal Power Compact représentent une étape importante de notre partenariat. Le caractère ambitieux de ce compact étalé sur cinq ans, ainsi que le travail acharné de nos deux gouvernements, reflètent notre engagement mutuel et indéfectible pour réduire la pauvreté au Sénégal, en favorisant une croissance économique durable ». Il a, au nom du peuple américain, souhaité plein succès et assurer de l’engagement du gouvernement américain et de la Millennium Challenge Corporation à travailler avec le Gouvernement du Sénégal pour la mise en œuvre de cette feuille de route, afin de façonner un avenir meilleur pour le peuple sénégalais.
Selon M. Oumar DIOP, Directeur Général du MCA-Sénégal II, qui appuie la mise en œuvre de la Feuille de route, à travers le Sénégal Power Compact. « Cette revue est aussi un moment de célébration des importants résultats obtenus, particulièrement dans le domaine des réformes, et dont nous sommes tous fiers ».

La Centrale solaire de Naouré inaugurée par le DC du Ministre du pétrole et des énergies

Le Directeur de Cabinet du ministère du Pétrole et des Energies M. Issa DIONE et M. Jean-Marc Pisani, ambassadeur de l’Union européenne (UE) au Sénégal ont procédé, ce mardi, à l’inauguration du mini-réseau solaire de Noura (département de Ranérou) à Matam en présence de M. Baba Diallo, Directeur Général de l’Agence Sénégalaise d’Electrification Rurale (ASER).

Cette réalisation entre dans le cadre du projet d’électrification des 78 villages, cofinancé par l’UE et l’Etat du Sénégal et mis en œuvre par l’ASER (ASER) pour un montant de près de 10 milliards FCFA (16 millions d’euros). Il a permis l’accès au service électrique durable pour 50 000 personnes réparties dans 78 villages de Matam, Kanel, Ranerou, Goudiry et Bakel, qui sont tous très éloignés des lignes électriques.

Ce projet contribue de façon significative à l’objectif fixé par le Sénégal d’un accès universel, dès 2025, à une énergie compétitive pour les entreprises, abordable pour les populations, particulièrement les plus vulnérables, et protectrice de l’environnement. C’est aussi un moyen de rassurer les populations des zones éloignées du réseau Senelec, que leurs positions géographiques ne constituent plus une difficulté à leur électrification grâce aux technologies adaptées à l’équité sociale et territoriale.

A cette occasion, l’Ambassadeur de l’UE Jean Marc PISANI a indiqué que « l’accès à l’électricité est un élément essentiel du développement socio-économique des populations, ici à Naouré Central comme ailleurs. En facilitant l’accès à l’électricité dans les régions les moins bien desservies du pays, l’objectif de l’UE est avant tout de contribuer à l’amélioration du quotidien des populations mais aussi de contribuer au développement de nouvelles opportunités en termes d’emplois et de revenus, dans le respect de l’environnement ».

Pour sa part le Directeur de Cabinet du Ministre du pétrole et des énergies M. Issa DIONE a rappelé que « l’accès à l’énergie durable est un droit mais doit aussi être un moyen de promotion économique, social et écologique comme prôné par le Président de la République son Excellence Monsieur Macky SALL. Il permet également de réduire les inégalités sociales entre zones rurales et urbaines. C’est pour cette raison que l’inauguration et la mise en service des centrales construites d’une puissance de 20 kWc chacune et d’un réseau électrique basse tension de 1,5 km dans chaque village, traduisent l’engagement du Chef de l’Etat de faire de chaque contrée de ce pays une zone d’émergence. Il a ajouté « qu’il s’agit à travers ces réalisations, de promouvoir la sécurité énergétique, l’équité dans l’accès aux services énergétiques, la lutte contre la pauvreté et l’immigration clandestine et l’adaptation aux changements climatiques ».
Le préfet de Ranérou et les populations de Naouré se sont réjouis de cette réalisation avant de demander l’extension de l’électricité aux autres villages environnants.

L’atelier de lancement de l’étude de préfaisabilité sur le potentiel de la production d’hydrogène au Sénégal s’est tenu dans les locaux de la KFW. Cette rencontre est présidée par le Secrétaire Général du Ministère du Pétrole et des Energies M. Cheikh NIANE en présence de la Cheffe de la délégation de la coopération germano-sénégalaise et de Madame la Directrice de la KfW.
Cette étude entre dans le cadre de la coopération financière entre l’Allemagne et le Sénégal. Ainsi, le ministère fédéral allemand du développement économique et de la coopération (BMZ) a chargé la KFW d’accompagner le Sénégal pour réaliser l’étude de préfaisabilité de cette source d’énergie.
Selon M. NIANE « l’hydrogène reste une pièce indispensable pour sortir des énergies fossiles un certain nombre de secteurs, comme la mobilité ».
Il ajoute que « la réalisation de cette étude est un point majeur au déploiement de cette ressource dans notre pays. Elle donnera des orientations sur la mise en place d’un cadre juridique et réglementaire adapté à nos réalités socio-économiques, environnementales et énergétiques ».
Elle permettra d’élaborer les lignes directrices pour les politiques et réglementations nationales à venir pour le développement de cette filière. « En effet, les opportunités sont multiples et il est important pour respecter nos engagements en faveur du climat d’explorer toutes les voies en faveur du développement durable ».
M. NIANE a rappelé que « la position du Sénégal est de faire une transition énergétique juste, équitable et graduelle afin de permettre à notre pays, qui a faiblement contribué aux effets du changement climatique, d’exploiter ses ressources pétrolières et gazières ». Il a par ailleurs réitéré les remerciements du Gouvernement du Sénégal au Gouvernement allemand pour le soutien constant apporté au développement du secteur de l’énergie. La coopération allemande reste engagée à accompagner le Sénégal dans ce processus car le pays dispose d’un potentiel dont l’exploitation sera bénéfique au secteur des énergies.

LE MPE PRESENTE LA STRATEGIE AUX DEPUTES

Le vendredi 18 aout 2023, le Ministère du Pétrole et des Energies à organisé un atelier d’information et de partage avec les honorables députés membres de la Commission Energies et Ressources minérales de l’Assemblé Nationale sur le Programme d’Accès Universel à l’électricité.
La cérémonie d’ouverture a été marquée par deux allocutions. D’abord celle du président de la commission M. Abass FALL qui s’est félicité de la tenue de cet atelier après celui qui avait été consacré au volet hydrocarbures en février dernier. Il a magnifié la franche collaboration entre le ministère et la commission avant de faire un plaidoyer pour le renforcement des moyens humains et financiers du ministère.

Pour sa part, le secrétaire général du ministère, M. Cheikh NIANE a souligné que l’exercice entre en droite ligne des orientations de Son Excellence Monsieur le Président de la République allant dans le sens de mener des dialogues inclusifs et participatifs sur les politiques publiques en matière de développement du territoire. Selon M. NIANE, cette vision du Chef de l’Etat, a été traduite en axe stratégique fort dans le Plan Sénégal Emergent et opérationnalisée à travers la mise en œuvre de plusieurs projets et programmes durant ces dix dernières années. Cela nous a valu des avancées significatives en matière d’électrification avec un taux d’électrification nationale de 85% (97% en milieu urbain et 60% en milieu rural).

A la suite de cette cérémonie, des présentations sur l’état des lieux des projets et programmes ont été faites respectivement par : le Directeur de l’électricité, le Directeur général de l’ASER, le Directeur général de Senelec, le Directeur général du MCA, le chef de projet électrification du PUDC et le Directeur général de l’ANER.

Résumé des différentes présentations
La stratégie d’accès universel à l’électricité a été présentée par le Directeur de l’électricité M. Ibrahima NIANE qui a rappelé que l’action du Gouvernement s’inscrit dans un objectif d’Accès universel, dès 2025, à une énergie compétitive pour les entreprises, abordable pour les populations, particulièrement les plus vulnérables, et peu polluante pour l’environnement. Il a axé son intervention sur les points suivants :
• Rappels des objectifs
• Cadre institutionnel et modes d’intervention
• Situation de l’accès
• La stratégie pour l’accès universel
La deuxième présentation a fait état de la situation des projets de l’ASER. Le Directeur Général M. Baba Diallo est revenu sur :
• Les programmes et outils d’intervention
• La situation des projets et programmes
-situation des concessions électrification rurale
– projets d’électrification par extension mt/bt du pnuer
– projets d’électrification par voie solaire PV du pnuer
• Les perspectives

Quant au Directeur Général de Senelec, il a fait un bref rappel des missions de Senelec dans le cadre de l’électrification rurale avant de présenter le Programme d’Accès Universel.
Il a aussi fait une présentation sur le prépaiement WOYOFAL en revenant sur le Processus de facturation, les éléments de facturation, les exemples d’achats, les avantages et conseils pour une meilleure utilisation.

M. Oumar DIOP, Directeur Général du MCA a fait une présentation sur les objectifs du Power Compact à savoir :
• Fournir de l’électricité de qualité à partir de sources, à faible coût, disponibles pour que Senelec satisfasse la demande croissante sur le réseau interconnecté au Sénégal ;
• Augmenter l’offre et la demande en électricité de qualité dans les zones rurales et péri-urbaines du Sénégal ;
• Créer un cadre propice à l’amélioration de la viabilité financière et à la bonne gouvernance du secteur pour une fourniture de l’électricité en quantité et en qualité ;

Concernant le Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) le chef du Projet électrification, représentant le Directeur général a axé sa présentation sur :
• Les Objectifs du PUDC
• Les Différents projets d’électrification du PUDC
• Les Résultats et l’Etat d’Avancement des projets
Le Directeur Général de l’ANER, M. Tamsir NDIAYE a fait une présentation de l’Agence, la vision et les axes stratégiques pour la période 2019-2023. Il a ensuite décliné les principaux axes d’intervention de l’ANER avant d’évoquer la situation globale de la pose des lampadaires solaires et les perspectives et l’accompagnement des PMEs, GIE…

La cérémonie de clôture, dernière étape
A la suite de ces présentations, une trentaine de parlementaire ont participé au débat sur les problématiques d’accès universel à l’électricité en milieu rural, sur la répartition des lampadaires solaires dans les différentes communes du Sénégal en insistant sur l’équité. Ils ont aussi émis une alerte concernant les habitations autour des pilonnes de Senelec. Ainsi, les Directeurs généraux ont tour à tour repris la parole pour apporter des réponses aux différentes questions et observations soulevées.

La cérémonie de clôture a constitué la dernière étape de cette journée. Le Président Abass FALL a saisi l’occasion pour réaffirmer la disponibilité de la Commission a poursuivre la collaboration avec le ministère. Il a par ailleurs remercié le ministère pour avoir partagé avec la représentation nationale l’état d’avancement des projets et programmes. Il aussi marqué la disponibilité des membres de la Commission à travailler avec Senelec dans le cadre de la sensibilisation et de la communication sur le prépaiement du WOYOFAL et la sécurisation des emprises de la Senelec. Dans son mot de clôture, le Secrétaire Général du Ministère, M. Cheikh NIANE a remercié l’ensemble des participants et a félicité les agents du ministère pour la réussite de cet atelier.

Des techniciens du ministère du pétrole et des énergies se sont rendus à Singapour pour une visite de suivi du chantier du FPSO Leopold Sédar SENGHOR du projet Sangomar. La délégation conduite par le secrétaire général du ministère Cheikh NIANE comprend entre autres le Directeur des hydrocarbures Papa Samba BA, le directeur général de petrosen Holding Adama DIALLO, le directeur général de Petrosen Exploration et Production Thierno Seydou LY et plusieurs autres ingénieurs du département.
Ce FPSO, véritable monstre des mers, mouillera bientôt au large du Sénégal. Avec 372 m de long, 58 m de large, ce navire de production, de stockage et de déchargement du pétrole conçu pour le projet Sangomar, culmine à 139 m de hauteur. Présentement sur le chantier naval de Keppel à Singapour, le LSS offre l’image d’une ruche d’abeille. Plus de 1000 ouvriers y travaillent quotidiennement. Les travaux de constructions ont démarré en Chine mais l’opérateur a finalement préféré transférer le chantier à Singapour en raison des restrictions qui étaient liées à la Covid en Chine. Aujourd’hui, il est réalisé à plus de 90% et est attendu dans les eaux sénégalaises en février prochain pour un démarrage de la production en juin selon Woodside.
Récemment l’opérateur Woodeside avait annoncé quelques difficultés techniques sur le chantier. Des difficultés maintenant maitrisées. En fait pendant la phase test de certains équipements, des problèmes d’alignement au niveau de la tuyauterie ont été détectés. C’est ainsi que Woodside a pris la prudente décision de procéder aux travaux de rectification. Ce qui allonge de 6 mois la date de livraison initialement prévue. Les équipes du ministère du pétrole et des énergies ont tenu à faire le déplacement pour constater de visu l’état d’avancement des travaux.
Le FPSO est composé de 2 parties. Une base de vie qui devra accueillir pendant la phase de production les équipes de permanence avec une capacité de 140 lits. L’autre partie qui constitue l’usine comporte les installations de surface. Le navire dispose de trois turbines à gaz de 28 MW chacune. Il est totalement autonome en énergie. Son arrivée dans les eaux sénégalaises est prévue pour le mois de février prochain pour un début de la production avant fin juin 2024.

La sensibilisation pour mettre fin aux attaques contre les stations-services
Le Secrétaire général du ministère du Pétrole et des Energies, M. Cheikh Niane a présidé une réunion avec les distributeurs de produits pétroliers du Sénégal le jeudi 3 août 2023. L’objectif visé est de réfléchir sur un plan de communication afin de faire face aux différentes scènes de casse et pillage des stations-service lors des manifestations de 2021 à nos jours.
Tout d’abord, M. Cheikh Niane a tenu à témoigner aux distributeurs du soutien du Gouvernement du Sénégal qui est conscient des difficultés qu’ils traversent en raison de cette situation et compte apporter son assistance. « Il restera à vos côtés pour vous permettre de mener tranquillement votre activité qui emploie plusieurs milliers de sénégalais et fait vivre d’innombrables familles » précise-t-il.
Selon lui cette synergie co-constructive des distributeurs est d’une haute importance afin de mettre en œuvre une campagne de sensibilisation et de communication commune pour faire comprendre aux manifestants que pour l’essentiel, les exploitants des stations-services sont des nationaux. « Donc l’idée selon laquelle on attaque des biens appartenant à des étrangers est à déconstruire dans le cadre de cette campagne de communication et de sensibilisation ».
Pour mieux faire face à ces menaces, les distributeurs de produits pétroliers ont décidé de mutualiser leurs efforts et leurs ressources dans le cadre d’une campagne de communication et de sensibilisation. Celle-ci mettra l’accent sur les impacts socio-économiques mais aussi les risques sécuritaires liés à ces attaques. Confiée à une agence de communication de la place de Dakar, la campagne devra permettre d’informer et de sensibiliser les différents publics cibles sur la gravité et les conséquences de ces actes pour susciter une prise de conscience, un changement d’attitude des potentiels casseurs en leur faisant comprendre qu’en s’attaquant à des stations, ils risquent leur vie et exposent celle des autres. Ils détruisent en même temps l’image tant convoitée de notre cher pays, réputé pour sa stabilité, son calme et sa teranga légendaire.

Papa Samba BA, Directeur des Hydrocarbures présente les opportunités d’affaires aux investisseurs britanniques.

Le Directeur des hydrocarbures M. Papa Samba BA a pris part ce lundi à Londres au nom du Ministre du Pétrole et des Energies, Aissatou Sophie GLADIMA, au lancement de la tournée ministérielle, Grande Bretagne-Afrique, sur la décarbonisation industrielle. C’est à l’invitation du ministre britannique des affaires internationales et du commerce M. Nigel HUDDELSTON. Plusieurs ministres de pays africains en charge de l’énergie ou des ressources naturelles (Ghana, Nigéria, Ethiopie, Mozambique, Ile Maurice) ont pris part à ce Roadshow. La tournée ministérielle africaine se penche sur le développement de la décarbonisation dans les secteurs des infrastructures, des mines et de l’énergie. En fait la grande Bretagne s’est fixé l’objectif d’atteindre le net zéro à l’horizon 2050. Dans ce cadre plusieurs grandes industries du pays sont en train de se mettre au renouvelable. C’est cette expérience que le pays veut partager avec l’Afrique à travers cette tournée. Le ministre HUDDELSTON, en lançant la cérémonie, a rappelé que « l’Afrique dispose d’un important potentiel en en énergie renouvelable et la Grande Bretagne est disposée à aider les pays africains à se décarboniser ». Pour cela, la Grande Bretagne dispose d’un outil de financement des projets verts qui est le UK Export Finance.

Dans sa prise de parole lors de cette cérémonie, le Directeur des Hydrocarbures a, au nom du ministre du pétrole et des énergies Mme Sophie GLADIMA, remercié les autorités britanniques pour cette invitation. Il a aussi salué la présence du secteur privé du pays venu discuter avec les ministres africains.  Le représentant du MPE a ensuite indiqué que le Sénégal est déjà sur la voie de la décarbonisation même s’il reste encore beaucoup à faire. « Notre pays est déjà à 30% d’énergies renouvelables dans son mix et il vient de signer le JETP (Just Energy Transition and Partnership) avec l’engagement de porter ce taux à 40% d’ici 2030. Toutefois notre pays compte développer les autres sources d’énergie notamment le gaz puisque « nous avons fait d’importantes découvertes de gaz que notre pays compte exploiter ». Dans ce cadre, le Sénégal a mis en place une stratégie dite gas to power qui devrait aider le pays à atteindre l’accès universel à l’électricité avec une énergie moins polluante et moins chère. Papa samba Ba a aussi profité de l’occasion pour inviter les nombreux investisseurs britanniques présents à cette rencontre à s’intéresser davantage au Sénégal qui recèle d’énormes potentialités particulièrement dans le secteur énergétique avec d’immenses potentialités en gaz. Notre pays a-t-il rappelé dispose d’un climat des affaires très favorable à l’investissement avec une stabilité, une démocratie majeure et plusieurs réformes pour améliorer constamment les conditions d’accueil des investisseurs. « Nous avons un pays attractif et qui impulse un certain dynamisme à son économie depuis le début de la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent » sous l’impulsion du Président Macky SALL